"Imaginez que vous vous donnez soudain le droit d'être furieusement heureux. Oui, imaginez une seconde que vous n'êtes plus l'otage de vos peurs, que vous acceptez les vertiges de vos contradictions. Imaginez que vos désirs gouvernent désormais votre existence, que vous avez réappris à jouer, à vous couler dans l'instant présent. Imaginez que vous savez tout a coup être léger sans être jamais frivole. Imaginez que vous êtes résolument libre, que vous avez rompu avec le rôle asphyxiant que vous croyez devoir vous imposer en société. Vous avez quitté toute crainte d'être jugé. Imaginez que votre besoin de faire vivre tous les personnages imprévisibles qui sommeillent en vous soit enfin à l'ordre du jour. Imaginez que votre capacité d'émerveillement soit intacte, qu'un appétit tout neuf, virulent, éveille en vous mille désirs engourdis et autant d'espérances inassouvies. Imaginez que vous allez devenir assez sage pour être enfin imprudent.

Imaginez que la traversée de vos gouffres en vous inspire plus que de la joie. C'était tout cela être le Zubial."

Alexandre Jardin, Le Zubial

22.7.17

5 fruits et légumes par jour

Il paraît que c'est bon pour la santé, mais j'ai encore mieux pour être en bonne santé : 5 petits ou grands plaisirs par jour.

Avec la séparation, puis le divorce, très difficiles mes enfants ont traversé ces dernières années des moments extrêmement tristes et anxiogènes, alors comme le soir quand nous dînions ensemble les longs silence ou les disputes (pour évacuer les tensions) me tordaient le cœur j'avais mis au point un rituel.
Après que chacun ait raconté sa journée, ses problèmes et ses états d'âme (en nous écoutant respectueusement les uns les autres), nous devions pour clore la conversation, avant de quitter la table, raconter obligatoirement chacun 3 bons moments de notre journée.

Les premières fois nous eûmes bien du mal à trouver ces 3 choses qui nous avaient fait plaisir, puis ce fut de moins en moins difficile, puis il y en eut rapidement plus de 3. C'est souvent que nous finissons le dîner avec le sourire et le gardons jusqu'au moment de nous endormir.

Avec le temps je me suis rendue compte qu'inconsciemment nous avons tous tendance à provoquer ces bons moments que nous avons plaisir à nous raconter le soir et s'il est vrai que la fatigue, mon travail stressant, l'adoleschiance (copyright Bellzouzou) et les examens de fin d'année scolaire ont trop souvent eut raison de notre bonne humeur ces derniers mois, je constate avec plaisir que désormais mes enfants n'attendent plus le dîner pour me raconter leurs bons moments de la journée. Dès que je passe la porte de la maison en rentrant du boulot, ils se jettent sur moi pour les partager.

Mes enfants avaient tous plus de 10 ans quand nous avons commencé, mais j'imagine que ça fonctionne bien avec de plus jeunes.
J'en discutais avec des copines qui ont été séduites par le concept et l'appliquent également chez elles, alors je suis heureuse de le partager avec vous.

A consommer sans modération.

2 commentaires:

myriam a dit…

Oui, importantissime de chercher le joli, l'agréable, le doux dans des journées qui n'en sont pas forcément remplies... Le truc qui marche fort chez nous, c'est : quel est ton plus beau souvenir de vacances ? Pendant longtemps, ça a été la partie de petit bac dans le mobile-home en Bretagne pendant une averse... depuis le Canada, on est monté d'un cran ! ;)

Névrosia a dit…

Heiiiiiiiiiiiiiiiin c'est moche de nous narguer avec le Canada ! J'en meurs d'envie :)
Mes enfants ont aussi plein de bons souvenirs de vacances et ça me fait plaisir.